En 2016, j’enlève le haut !

Je tente régulièrement de trouver des solutions pour combattre mon anxiété et mes mauvaises habitudes respiratoires; Je suis souvent en apnée pour parler et manger, et j’ai pendant (trop?) longtemps respiré avec une seule narine;
Les huiles essentielles et autres tisanes apaisantes sont utiles (parfois) mais n’agissent que temporairement; Le cours de yoga aussi mais inaccessible pour mon porte-feuille (même s’il existe des vidéos en ligne gratuites, j’ai beaucoup de mal à être assidue devant un écran); Les séances d’acupuncture efficaces mais restreintes dans l’année.

Depuis septembre, un nouveau geste (essentiel) est apparu dans ma vie : passée l’entrée de mon appartement,  j’enlève le haut ! En fait, simplement mon soutien-gorge. Ma poitrine et ma cage thoracique n’en sont que plus libre et (re)gonfler à bloc !

soutien-gorges

Cela fait déjà quelques temps que j’y pense… Et tout à commencer en Angleterre où j’ai fait la rencontre d’une personne « boxant » dans la même catégorie que moi – poids moyen disons (en somme le bonnet D – j’ai une soeur qui a fait du G en temps de grossesse, alors D, pour moi, c’est « poids moyen »; j’espère que les poids légers ne s’en sentiront pas offusqués…); Cette jeune fille de 24 ans (Amélie reconnaîtra sa cousine) ne portait pas de « ceinture thoracique dentelée » et pressait quotidiennement ses mains l’une contre l’autre pour muscler sa poitrine. Elle s’est décidée à enlever le haut suite à une étude menée par un médecin du sport bisontin (trad. de Besançon) affirmant que l’arrêt du port du soutien-gorge ne ferait pas tomber les seins mais les redresserait : maintenus, les tissus ne travaillent plus et s’étiolent, et les vaisseaux lymphatiques se ferment par manque d’oxygène (engendrant des problèmes d’élimination des toxines – voir l’article d’une naturopathe). Et je passe sur les problèmes de dos.

A défaut d’enlever le haut, maintenons nos seins dans une armure confortable en évitant d’être trop à l’étroit et de déborder du bonnet : en bref, acceptons de passer à la taille au-dessus même si cela demande un effort psychologique important (et je sais de quoi je parle, j’ai beaucoup bataillé contre moi-même sur cette question). Selon une vendeuse de Daarjeeling (oui, bon ça va !), la majorité des femmes porterait des soutiens-gorges inadaptés à sa morphologie (et j’en faisais partie, ma soeur ayant été depuis très bonne conseillère). Le décolleté au naturel sans effet cornet double (trad. Wonderbra) c’est aussi très sympa. Alors, par ici Mesdames pour savoir comment bien choisir votre soutien-gorge.

Après le No Poo, le No Bra. Un sujet qui mériterait d’être développé plus encore dans d’autres articles tant il y a à en dire…

En attendant pour bien commencer l’année, prenons soin de nos seins ! Santé !

Audrey

Liens
Deux mois sans soutien-gorge
Mieux vivre sans soutien-gorge

Publicités