On s’est bien marré avec Merci Patron !

Merci-Patron-bandeau

En parlant du documentaire de Ruffin (du journal Fakir), Télérama évoque un thriller social : c’est vrai que tous les ingrédients sont là pour nous tenir en haleine jusqu’à ce que le piège se referme sur le patron de LVMH (Moët Hennessy Louis Vuitton) et ses lieutenants.

Mais on lorgne aussi du côté de la satyre, voire, parfois, de la farce – qu’elle renvoie au genre théâtre ou à la blague potache. Oui, parce qu’on rit beaucoup dans Merci Patron !. Pas de la misère sociale qui a découlé de la vague de licenciements en Picardie et qui se rappelle à nous entre deux rires. Mais de l’ironie des questions faussement naïves de son emblématique réalisateur. Des deux « hommes de main » de Bernard Arnault (dont un élu PS) arroseurs arrosés. Avec un moment qui vaut à lui seul le détour : l’entretien en caméra cachée entre les Klur, le couple demandant réparation, et l’ancien des RG venus en « médiateur », adoubé par lui-même en chevalier blanc du peuple.

Des rires, des moments jouissifs, une bataille gagnée par des Picards : c’est pas grand chose mais ça vaut plus que tous les sacs Vuitton réunis… Et c’est déjà beaucoup…

Audrey

Publicités